Les missions de l’Agence

Mis à jour le : 05.01.15

L’Agence de la biomédecine exerce ses missions dans quatre domaines bien distincts : le prélèvement et la greffe, la procréation, l’embryologie et la génétique humaines. Des champs de compétences qui font d’elle l’autorité de référence sur les aspects médicaux, scientifiques, juridiques et éthiques liés à ces questions.

SES CHAMPS DE COMPÉTENCES : LA GREFFE, LA PROCRÉATION, L’EMBRYOLOGIE ET LA GÉNÉTIQUE HUMAINES.


Dans le cadre de la loi de bioéthique, l’Agence de la biomédecine contribue au développement des thérapeutiques qui utilisent des éléments du corps humain, comme les organes, les tissus ou les cellules. Elle exerce ses missions dans un vaste domaine couvrant :

  • Les activités de prélèvement et de greffe d’organes, de tissus et de cellules souches hématopoïétiques ;
  • Les activités cliniques et biologiques d’assistance médicale à la procréation ;
  • Les activités de diagnostic prénatal, préimplantatoire et génétique ;
  • Les activités de recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines et l’embryon humain.

AGIR POUR UNE OFFRE DE SOINS ÉQUITABLE ET DE QUALITÉ


Dans le cadre de ses compétences, le rôle de l’Agence de la biomédecine est d’améliorer l’accès aux soins sur tout le territoire français et pour toutes les personnes qui en ont besoin, résume Karim Laouabdia, Directeur général adjoint, chargé de la politique scientifique et médicale. Concrètement, les missions de l’Agence de la biomédecine consistent à sécuriser cette offre de soins, à la rendre accessible à tous et à améliorer sa qualité en conformité avec les principes éthiques.

Différents types d’intervention structurent ces missions :

  • La contribution, par l’encadrement, le contrôle et l’évaluation, au respect des règles de sécurité sanitaire et à l’amélioration de la transparence des activités médicales et biologiques relevant de sa compétence.
  • La participation à l’élaboration, l’évolution et l’application de la réglementation de ces activités, en liaison avec les services de l’État, les associations et les professionnels de santé.
  • La mise en œuvre des nouvelles dispositions réglementaires et l’accompagnement des professionnels de santé dans leur application.
  • L’analyse des résultats des activités médicales et biologiques relevant de sa compétence pour mesurer leur efficacité et concourir à l’évolution des pratiques.

Expertise et savoir-faire


Si l’Agence de la biomédecine a la responsabilité de faire appliquer la loi de bioéthique. Sa position est claire : c’est celle de l’expertise et du savoir-faire. Elle rend compte de son activité et de l’application de la loi au Parlement et au Gouvernement.
Elle assure par ailleurs une veille permanente sur les avancées scientifiques, y compris, depuis la loi de bioéthique du 7 juillet 2011, sur le développement des connaissances et des techniques dans le champ des neurosciences.

Agenda

 décembre 2016  
l m m j v s d
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
11 mars 2014

"Aventures de médecine : au coeur de l’homme"

Lire la suite : ▶