Qui peut donner ?

Mis à jour le : 12.11.13

Le code de santé publique fixe précisément les conditions du don d’organes du vivant (articles L 1231-1 et 1231-3 du code de la santé publique issus de la loi de bioéthique n° 2011-814 du 7 juillet 2011).


Peuvent pratiquer le don :
- le père ou la mère du receveur,
- son conjoint,
- son frère ou sa sœur,
- son fils ou sa fille,
- un grand parent,
- son oncle ou sa tante,
- son cousin germain ou sa cousine germaine,
- le conjoint de son père ou de sa mère,
- toute personne pouvant justifier d’au moins deux ans de vie commune avec le malade,
- depuis 2011 : toute personne pouvant apporter la preuve d’un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec le receveur.

Le candidat au don doit être majeur (sans limite d’âge) et ne pas faire l’objet de mesure de protection légale.
Le candidat au don doit être majeur (sans limite d’âge) et ne pas faire l’objet de mesure de protection légale.
Le don doit être gratuit et librement consenti. Quel que soit le lien entre donneur et receveur, toute forme de pression psychologique ou financière est inacceptable et interdite par la loi.
Les conditions médicales à remplir sont particulièrement strictes.
Tous les candidats au don n’ont pas le profil requis.
En effet, certaines situations rendent le don impossible car il y a un risque pour le donneur ou pour le receveur. C’est le cas de l’hypertension artérielle grave, de certaines anomalies rénales et de certaines maladies transmissibles. Par ailleurs : les groupes sanguins du donneur et du receveur doivent être compatibles - sauf cas exceptionnels de greffe dites « ABO incompatibles »- et un test de cross-match entre donneur et receveur doit être négatif (absence d’anticorps dirigés contre les groupes tissulaires HLA du receveur).
Depuis 2011, la loi française autorise le don croisé. Quand les groupes sanguins ou HLA sont incompatibles, il sera désormais possible d’envisager que le receveur (receveur 1) bénéficie du don d’une autre personne (donneur 2) également en situation d’incompatibilité avec son receveur (receveur 2), ce dernier bénéficiant du don du premier donneur (donneur 1). Les deux opérations chirurgicales sont alors engagées simultanément, en respectant l’anonymat entre greffé et donneur. Cette possibilité est appelée à se développer très progressivement dans notre pays.

Agenda

 octobre 2017  
l m m j v s d
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
18 mai 2017

Journées de l’Agence de la biomédecine 2017

Lire la suite : ▶