Avec quels bénéfices ?

Mis à jour le : 12.11.13

BÉNÉFICE 1 : un accès à la greffe dans des délais contrôlables
Il faut souvent attendre plusieurs années avant de pouvoir bénéficier d’une greffe avec un rein de donneur décédé. En outre, pour certains malades qui possèdent un groupe sanguin rare ou bien des anticorps anti-HLA (en raison de transfusions, de grossesses ou de greffes antérieures), la greffe avec donneur vivant peut être la seule façon possible d’obtenir un greffon compatible dans un délai raisonnable.

BÉNÉFICE 2 : peu, voire pas de passage par la dialyse
La dialyse est un traitement lourd. Son impact sur le quotidien et sur la qualité de vie est important. Les patients sont affaiblis et placés dans une situation de dépendance qui les oblige souvent à réduire ou cesser toute activité professionnelle. Des complications liées à la dialyse peuvent survenir et altérer l’état de santé du patient. Le recours à un donneur vivant permet de raccourcir cette période de dialyse, voire de la supprimer, en offrant la possibilité de greffer le patient juste avant le stade d’insuffisance rénale terminale : on parle alors de greffe préemptive.

BÉNÉFICE 3 : une greffe réalisée dans les meilleures conditions possibles
Le malade est greffé par l’une des 45 équipes françaises autorisées à pratiquer la greffe à partir de donneur vivant chez l’adulte ou chez l’enfant. La date est programmée à l’avance en fonction de la période la plus favorable pour le malade, des disponibilités du donneur et de l’organisation de l’équipe de greffe.

BÉNÉFICE 4 : un greffon qui fonctionne bien et longtemps
Que le greffon provienne d’un donneur vivant ou décédé, la greffe rénale est une technique maîtrisée qui donne aujourd’hui de très bons résultats. La greffe à partir d’un donneur vivant présente cependant quelques bénéfices spécifiques :
- lorsque le donneur est un frère ou une sœur parfaitement compatible (une chance sur quatre), cette excellente compatibilité permet d’alléger le traitement antirejet et d’espérer des résultats encore meilleurs à très long terme.
- le rein de donneur vivant est prélevé dans d’excellentes conditions et, bénéfice très important, il est transplanté sans délai. De ce fait, il retrouve très vite ses capacités d’épuration et il est rare que des séances de dialyse soient nécessaires juste après la greffe, le temps que le greffon retrouve un bon fonctionnement.
- ce contexte favorise de bons résultats à long terme. Environ 3/4 des greffons prélevés sur donneur vivant sont encore fonctionnels 10 ans après la greffe. Les résultats obtenus avec des reins prélevés sur donneur décédés sont plus variables, avec un taux moyen de survie du greffon d’environ 2/3 à 10 ans.

Agenda

 octobre 2017  
l m m j v s d
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
18 mai 2017

Journées de l’Agence de la biomédecine 2017

Lire la suite : ▶