Mettre à jour Internet Explorer

L’Agence en région

Mis à jour le 12.03.2018

AU PLUS PRÈS DES PATIENTS

L’Agence de la biomédecine s’appuie sur un réseau régional pour la représenter localement (en particulier auprès des agences régionales de santé) mais aussi pour remplir sa mission en toute équité et transparence dans le domaine de la greffe.
Parmi les missions de l’Agence figure celle de chercher à garantir à chaque malade un accès égal à la greffe d’organes sur tout le territoire. Cela exige d’améliorer l’efficacité de la régulation, de la répartition et de l’attribution des greffons.
C’est dans ce contexte que s’inscrit l’organisation territoriale de l’Agence de la biomédecine.

SERVICES DE RÉGULATION ET D’APPUI (SRA) : METTRE EN OEUVRE L’ACTION DE L’AGENCE EN RÉGION

L’Agence s’appuie sur quatre services de régulation et d’appui (SRA) qui sont sur le terrain au plus près des hôpitaux pour sensibiliser et former les professionnels de santé. Les SRA remplissent plusieurs missions : assurer la régulation des prélèvements d’organes (dès qu’un prélèvement est envisagé, les médecins doivent prendre contact avec les SRA avant toutes choses), coordonner et animer l’ensemble des acteurs impliqués dans l’identification des donneurs potentiels et dans leur prise en charge, relayer l’action de l’Agence dans le domaine du prélèvement et de la greffe.

VEILLER A L’EQUITE ENTRE LES REGIONS LORS DE L’ATTRIBUTION DES GREFFONS AUX PATIENTS

Le taux d’accès à la greffe doit être identique pour tous les patients sur le territoire national, quel que soit le centre hospitalier où il est soigné. Plus la taille des régions augmente, plus les disparités régionales se réduisent. En revanche, certaines disparités locales peuvent perdurer, même si elles sont moins visibles. L’Agence de la biomédecine, en analysant finement les données de répartition des greffons et en corrigeant d’éventuels effets marginaux, veille à préserver l’équité des patients face à la greffe dans toutes les régions.

FAVORISER LE DIALOGUE AVEC LES ARS

L’Agence de la biomédecine a saisi l’opportunité de la réforme territoriale, qui réduit le nombre de régions métropolitaines, pour revoir l’organisation territoriale de l’Agence et du prélèvement et y apporter davantage de cohérence. La région Centre Val-de-Loire présentait la particularité de relever administrativement de deux SRA différents. L’Eure-et-Loir et le Loiret, qui étaient rattachés l’Ile-de-France, ont été réintégrés à la région Centre Val-de-Loire, relevant désormais du SRA Grand Ouest. La région Occitanie pour sa part, nouvellement créée, regroupe deux régions qui étaient jusqu’à présent rattachées respectivement chacune à un SRA distinct (Sud-Est pour ce qui concerne l’ancienne région Languedoc Roussillon et Grand-Ouest pour Midi Pyrénées). Le principe de la réunion administrative a été retenu afin de favoriser le dialogue avec les interlocuteurs locaux que sont les Agences régionales de santé (ARS). Elle relève désormais du SRA Sud-Est.

Retour en haut de page