Mettre à jour Internet Explorer

Don de gamètes

Mis à jour le 29.03.2018

Le don de gamètes (c’est-à-dire le don d’ovocytes et de spermatozoïdes) dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation relève des compétences de l’Agence de la biomédecine. Son intervention dans ce domaine répond aux mêmes objectifs que les autres domaines : encadrer, développer, sécuriser l’offre de soins et informer.
Le don de gamètes concerne les couples en âge de procréer qui doivent recourir à une assistance médicale à la procréation, soit parce que l’un des conjoints souffre d’une infertilité diagnostiquée sur le plan médical, soit parce qu’il existe un risque de transmission d’une maladie particulièrement grave à l’enfant ou à l’un des conjoints.
Comme tous autres dons d’éléments et produits du corps humain, le don de gamètes est un acte de solidarité, régi par les grands principes de la loi de bioéthique : anonymat, gratuité et consentement.

UNE MISSION D’INFORMATION

Le nombre de couples en attente d’un don de gamètes et le manque de dons rendent la situation préoccupante. Le nombre de couples inscrits sur les listes d’attente des centres autorisés augmentent chaque année. Les pouvoirs publics, conscients de ces difficultés, ont choisi à travers le plan d’action ministériel 2017-2021 pour la procréation, l’embryologie et la génétique humaines (PEGh) de donner la priorité au développement du don de gamètes pour tendre vers une autosuffisance nationale.
Ainsi, dans le cadre de sa mission d’information, l’Agence met en place des actions de sensibilisation et de communication régulières auprès du grand public.

LE DON D’EMBRYONS

Les embryons congelés qui ont permis la réalisation du projet parental d’un couple peuvent, après consentement et dans certaines circonstances, être accueillis par des couples ayant de grandes difficultés à procréer et leur permettre ainsi de réaliser leur projet d’enfant.
L’accueil d’embryons est destiné à des couples qui ont une double infertilité ou des risques de transmission d’une maladie génétique connue à l’enfant. Dans leur cas, les tentatives habituelles d’AMP ne sont pas possible ou ont échoué.

Retour en haut de page