Information, réflexion et échange sont au cœur de la 6ème Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe le 22 juin 2006

Mis à jour le : 25.05.12

Le nombre de greffes d’organes a augmenté de 32 % depuis l’an 2000 mais, dans le même temps, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente a continué d’augmenter. La pénurie de greffons persiste toujours : en France, en 2005, près de 12 000 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organes pour continuer à vivre ou à mieux vivre et 4238 ont été greffées.
Chacun d’entre nous peut contribuer à faire progresser la greffe. Comment ? En prenant position pour ou contre le don de ses organes et en le disant à ses proches, afin qu’ils puissent en témoigner en cas de décès brutal.
Pour beaucoup d’entre nous, évoquer ce sujet en famille n’est ni naturel ni facile. Mais il existe un certain nombre d’étapes et de clés pour y parvenir. Un constat qui sera cette année au cœur des actions et des conseils proposés lors de la 6ème Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, le 22 juin prochain.

Juin 2006 : les messages clés


Lorsque la famille ne connaît pas la position du défunt sur le don d’organes, elle peut hésiter et parfois s’opposer. Il est donc plus que jamais nécessaire d’inviter chacun d’entre nous à dire s’il est d’accord (ou non) pour donner ses organes en cas de décès brutal, et à transmettre sa position à ses proches.
Prendre la parole en famille sur le don d’organes demande du temps pour mûrir le sujet, lever des tabous, trouver un moment adéquat, ce qui est normal.
Nouer et partager le dialogue avec l’entourage familial, les amis, les collègues ou les professionnels de santé est une étape importante dans sa réflexion personnelle sur le don d’organes.
Information, réflexion, échange : cette année, l’Agence de la biomédecine intervient à chacune de ces étapes pour stimuler les prises de position sur le don d’organes.

Informer sur le don d’organes et la greffe


En juin, l’Agence de la biomédecine proposera un guide d’information actualisé, détaillant notamment les clés d’un échange familial serein sur le don d’organes.
Il sera distribué le 17 juin 2006 par les bénévoles des associations en faveur de la greffe et également mis à disposition du public par les équipes hospitalières, les pharmacies et les laboratoires d’analyses médicales partout en France.
Une campagne radio de sensibilisation sera également programmée du 16 au 22 juin. Trois spots seront diffusés sur France Inter, France Info, France Bleu, RTL, Europe 1, Nostalgie, Sud Radio et les stations majeures des DOM. Basés sur des témoignages, ils traiteront respectivement du don d’organes et de ses enjeux, du processus de réflexion et du vécu d’une famille ayant échangé sur ce sujet.

Faciliter la réflexion et l’échange


Du premier contact avec le sujet à la transmission de sa position à ses proches, chacun d’entre nous doit prendre le temps de la réflexion, un temps personnel et propre à chaque individu.
Associé à la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe depuis 2005, le Pr. Daniel Marcelli (1) proposera analyses et conseils pour aider chacun d’entre nous à s’approprier le sujet du don d’organes, à mûrir sa position puis à trouver les mots pour l’exprimer.
Pour encourager les français à prendre conseil auprès des pharmaciens, l’Ordre national des pharmaciens, partenaire de la Journée du 22 juin 2006, mettra à disposition du public dans les officines et les laboratoires d’analyses médicales des affiches et des guides, et invitera les pharmaciens au dialogue.

Se mettre à l’écoute des Français


Quelles sont aujourd’hui les perceptions et convictions des Français sur le don d’organes ? Pourquoi certains d’entre eux passent-ils un jour à l’acte et disent à leurs proches qu’ils sont pour ou contre le don d’organes ?
Lancée par l’Agence de la biomédecine à l’occasion du 22 juin 2006, l’enquête « Les Français face au don d’organes » permettra de mieux répondre à ces interrogations. Cette consultation sera l’occasion d’établir un point précis des connaissances et des questions sur le don d’organes, et de mettre en évidence les leviers favorisant l’expression des positions de chacun.
Les résultats seront analysés par des experts et partagés avec la presse à l’automne 2006

La greffe, une thérapeutique qui sauve toujours plus de vies


Pratiquée depuis plus de 50 ans dans le monde, la greffe d’organes est une thérapeutique qui constitue chaque année, pour près de 12 000 personnes en France, l’espoir de reprendre une vie normale ou de continuer à vivre.
Encouragée et étroitement encadrée par les pouvoirs publics, l’activité de prélèvement et de greffe se développe de plus en plus dans notre pays. En 2005, deux seuils importants ont été franchis : le taux de prélèvement a atteint pour la première fois 22 prélèvements par million d’habitants, et avec 4 238 greffes pratiquées (dont 94 % à partir de donneurs décédés) l’activité a dépassé le seuil de 4 000 greffes annuelles.

Les chiffres clés

- De 2000 à 2005 : hausse de 32 % du nombre de greffes réalisées

- Entre 2004 et 2005 : + 7,3 % pour l’activité de greffe (+ 27 % pour les seules greffes de poumon) et + 6,2 % pour l’activité de prélèvement d’organes

- + 4% d’inscrits en liste d’attente en 2005

- En 2005, près de 12 000 malades ont eu besoin d’une greffe et 4 238 patients ont été greffés

Contacter le service de presse :
I&e

Charlyne Saudrais

- Tel : 01 555 93 12 16


Agence de la biomédecine
Fabienne Tong

- Par téléphone : 01 55 93 64 96


(1) Spécialiste de la famille et Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au Centre hospitalier Henri Laborit de Poitiers.

Agenda

 décembre 2016  
l m m j v s d
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
11 mars 2014

"Aventures de médecine : au coeur de l’homme"

Lire la suite : ▶