Pour augmenter les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes, l’Agence de la biomédecine fait campagne pour recruter des "donneurs de bonheur"

Mis à jour le : 24.11.14

La nouvelle campagne a pour objectif d’encourager les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes, des actes solidaires qui permettent à des couples infertiles de connaître le bonheur d’être parents.

Il faut 900 nouvelles donneuses d’ovocytes et 300 donneurs de spermatozoïdes en 2015 pour répondre aux besoins de tous les couples en attente.

Le don de gamètes en France bénéficie à des couples composés d’un homme et d’une femme en âge de procréer, dont l’infertilité a été médicalement constatée, ou risquant de transmettre une maladie grave.

« Donneur de bonheur » : une campagne positive pour favoriser le don d’ovocytes et de spermatozoïdes

JPEG - 7.7 ko
JPEG - 7 ko

Alors que les Fêtes s’annoncent, cette campagne invite les femmes de moins de 37 ans et les hommes de moins de 45 ans, déjà parents à offrir des ovocytes ou des spermatozoïdes.

Ces gamètes, bien que de taille modeste, représentent un « cadeau » de grande valeur pour ceux qui en bénéficient : des couples médicalement infertiles qui ne peuvent pas fonder de famille sans la générosité d’un tiers.

Cette campagne valorise les nouveaux donneurs en leur proposant de devenir « Donneurs de bonheur » grâce à leur acte de solidarité.

La campagne se décline en presse, sur internet, en affiches 40x60 et en brochures pédagogiques.

Soucieuse d’inciter le public à s’engager en toute connaissance de cause dans la démarche de don, l’Agence de la biomédecine propose également deux sites de référence - dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr - et un numéro vert (0 800 541 541) pour s’informer.

L’objectif à atteindre : recruter 900 donneuses et 300 donneurs pour répondre aux besoins des couples infertiles

Grâce à la mobilisation des professionnels de l’AMP et des pouvoirs publics et à l’information sur le sujet, les dons d’ovocytes augmentent. Mais leur nombre reste insuffisant au regard des besoins des couples infertiles. L’attente peut durer plusieurs années, occasionnant pour ces couples des pertes de chance d’obtenir une grossesse.

La situation des dons de spermatozoïdes est moins critique mais l’équilibre est actuellement précaire. Dans certains cas, des couples rencontrent des difficultés pour bénéficier d’un don correspondant à certaines de leurs caractéristiques physiques et biologiques.

En 2012, on a recensé 422 donneuses et 235 donneurs. Selon le Dr Merlet, médecin en charge de l’AMP à l’Agence de la biomédecine, « il faudrait 900 donneuses et 300 donneurs par an pour atteindre l’équilibre en 2015 ».

Des dons étroitement encadrés par la loi française

Les dons de gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) sont soumis aux trois principes éthiques communs à tous les dons issus d’éléments du corps humain - libre consentement au don, anonymat et gratuité - inscrits dans la Loi de bioéthique.Ces dons font partie des activités d’assistance médicale à la procréation. En France, elles sont encadrées par l’Agence de la biomédecine, agence nationale relevant du ministère de la Santé.Les donneurs et les couples bénéficiaires sont pris en charge par des équipes bénéficiant d’autorisations spécifiques délivrées par les autorités sanitaires.

Contacts presse :

pressedondegametes@bm.com

Tanaquil Papertian : 01 56 03 13 79

Dominique Kerforn : 01 56 03 12 75

Agenda

 décembre 2016  
l m m j v s d
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
11 mars 2014

"Aventures de médecine : au coeur de l’homme"

Lire la suite : ▶